Comment financer l’installation d’un VMC simple flux ?

Il est indispensable de veiller à la qualité de l’air respirable au sein d’un bâtiment afin d’optimiser le confort et le bien-être des occupants. À cet effet, certains choisissent de rénover leur logement afin de favoriser le passage des courants d’air. Mais il est aussi possible de recourir à un appareil de ventilation mécanique contrôlée. Toutefois, l’installation d’un système de VMC est assez onéreuse et beaucoup ne disposent pas de la somme nécessaire pour l’opération. À cet effet, il existe différentes options pour financer ce type de projet, grâce à des subventions comme Ma prime Rénov ou par la réduction d’impôts. Mais avant de donner les astuces qui contribueront à réduire les dépenses liées aux travaux, il est préférable de décrire cet appareil en quelques mots.

VMC simple flux : qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un appareil destiné à favoriser la circulation de l’air dans une maison. Cela permet d’améliorer la qualité de l’air respirable, ce qui rendra l’habitation plus saine. Mais ce dispositif est aussi utilisé pour garantir la longévité de la structure de la maison. En effet, l’installation d’un dispositif de ventilation mécanique contrôlée peut réduire la création des moisissures. Le principe de fonctionnement de ce type d’appareil est basé sur le renouvellement permanent de l’air à l’intérieur. Pour ce faire, un extracteur d’air aspire l’air dans les pièces humides grâce à des conduits pour l’évacuer vers l’extérieur. Mais la machine capte aussi de l’air neuf à l’extérieur du bâtiment pour le redistribuer via un ventilateur.

Par ailleurs, l’installation d’une VMC est une opération assez délicate. En effet, il faudra veiller à trouver une machine convenant aux dimensions de la maison, et ce, en plus des différentes techniques de pose. De ce fait, il est préférable de confier cette tâche à des spécialistes en la matière afin d’assurer la performance du dispositif. Toutefois, les services des professionnels peuvent coûter cher et avec le prix de la machine, les dépenses peuvent varier de 700 à 11 000 €. Il est donc plus profitable pour le propriétaire de trouver des aides financières pour économiser sur son portefeuille.

Voici quelques conseils pour vous aider à trouver des fonds si vous projetez d’installer un système de VMC chez vous.

Ma Prime Rénov

Il s’agit d’une subvention octroyée par l’agence nationale pour l’amélioration de l’habitat ou ANAH. Afin de profiter de la prime Rénov, il est impératif de demander le financement avant le début des travaux. Il est aussi indispensable de veiller à la conformité du projet aux conditions d’éligibilité imposées par l’agence. En effet, il y a des types de travaux qui ne peuvent pas être pris en charge par l’ANAH, alors il faudra s’informer à ce sujet. De plus, la somme fournie variera selon les revenus du ménage. La subvention commence à partir de 2 000 € pour les ménages moyens et peut s’élever jusqu’à 4 000 €, s’il s’agit d’un foyer très modeste.

Le prêt à taux zéro

C’est un moyen facile de limiter le budget pour l’installation d’un appareil de VMC au sein d’un foyer. Cependant, le prêt à taux zéro ne concerne que les résidences principales construites avant les années 90. Ce type d’emprunt permettra au ménage d’avoir au moins 20 000 € pour réaliser un projet de rénovation thermique de l’habitation et laissera un délai de 15 ans pour le remboursement, et ce, sans aucun intérêt. Toutefois, l’installation d’un VMC ne suffit pas pour bénéficier de cette subvention. En effet, il faudra l’associer avec d’autres projets destinés à l’optimisation de la consommation énergétique, comme la rénovation de la toiture. Il est aussi possible de réaliser des travaux d’isolation pour améliorer le confort thermique. De plus, le bénéficiaire pourra obtenir jusqu’à 30 000, s’il associe plusieurs travaux de rénovation énergétique avec l’installation de la VMC.

La prime énergie

L’installation d’un système de VMC est tout à fait éligible pour cette subvention. Il s’agit d’un financement octroyé par les fournisseurs d’énergies tels que le gaz, l’électricité ou le carburant. L’offre est destinée à prendre en charge les dépenses des ménages pour l’installation d’un dispositif répondant aux critères des CEE (certificats d’économie d’énergie). Toutefois, pour bénéficier de ce financement, il est impératif de faire intervenir des professionnels certifiés RGE pour la réalisation des travaux d’installation. Notons que les fournisseurs peuvent octroyer une prime même pour les ménages qui ne sont pas encore abonnés chez eux.