Mise aux normes électriques : focus sur les aides financières

En termes d’électricité de bâtiment, de nouvelles normes ont été mises en vigueur. Pour être conformes à celles-ci, quelques travaux s’imposent. Si vous avez des soucis de financièrement, sachez qu’il existe certaines subventions auxquelles vous pouvez aspirer. En suivant cet article, découvrez les différentes aides possibles en cas d’une mise aux normes électriques.

Les subventions de l’Anah

Dans le cadre d’une mise aux normes électriques ou d’une rénovation électrique, profitez des différentes subventions de l’Anah ou agence nationale pour l’amélioration de l’habitat. Il y a, par exemple, l’aide Habiter Sain qui permet de couvrir environ 50 % des travaux de rénovation de l’installation électrique, avec un plafond ne dépassant pas 10 000 HT. C’est un financement destiné aux ménages à revenu modeste et très modeste. Pour ce qui est de l’aide Habiter serein, les conditions sont les mêmes que celles prévues par l’aide Habiter sain. La différence réside au niveau du plafond accordé. L’aide Habiter serein peut aller jusqu’à 25 000 .

Pour bénéficier des subventions de l’Anah, certaines conditions sont à remplir. Vous devez, par exemple, être propriétaire du bâtiment et faire partie des catégories de personnes avec un revenu modeste ou très modeste, sans pour autant négliger le nombre de personnes vivant avec vous. En tant que bénéficiaire de cette aide, vous êtes également tenu d’occuper les lieux au moins 6 ans après les travaux. Assurez-vous également que votre bâtiment ait été construit au moins 15 ans avant l’accord de l’aide Habiter Sain. Si auparavant vous avez déjà obtenu un prêt à taux zéro, vous n’êtes plus éligible à cette subvention de l’Anah.

Le prêt à l’amélioration de l’habitat

Le prêt à l’amélioration de l’habitat est une autre forme d’aide dont vous pouvez bénéficier en matière de mise aux normes électriques. Néanmoins, seules les personnes qui justifient d’un revenu modeste et qui sont bénéficiaires d’une prestation familiale sont éligibles à cette forme d’aide pour des travaux de rénovation électrique. En revanche, si vous avez déjà obtenu la prime d’activité, le Rsa, l’Aah, l’Apl ou l’Als, vous ne pouvez plus profiter du prêt à l’amélioration de l’habitat.

Ce prêt permet de prendre en charge généralement 80 % des dépenses prévues. Il a un taux d’intérêt de 1 %. La moitié est payée au moment de la signature sur présentation du devis. Pour ce qui est du reste, celui-ci est versé à la fin des travaux sur présentation de la facture.

Le taux de TVA réduit à 10 %

Le taux de TVA réduit à 10 % est une aide accordée dans le cadre de travaux de rénovation d’installation électrique, à l’exemple de la mise aux normes électriques. Pour bénéficier de cette aide, vous devez être propriétaire ou locataire d’un logement que ce soit une résidence principale ou secondaire. N’oubliez pas non plus de fournir une attestation qui prouve que votre bâtiment est achevé depuis plus de 2 ans, soit le formulaire n°0301-SD.

Le chèque énergie

Le chèque énergie est une autre forme d’aide dont vous pouvez bénéficier en matière de mise aux normes électriques. La condition sine qua non d’accèder à cette subvention est de confier vos travaux à un professionnel qualifié RGE.

Il existe différentes manières de toucher le chèque énergie en fonction de la date de réalisation des travaux. Si celle-ci est réalisée ultérieurement à la date d’émission du chèque, vous pouvez le transformer en chèque travaux. Il est possible de cumuler des chèques travaux sur 3 ans. Par contre, si les travaux sont effectués pendant la délivrance du chèque énergie, vous pouvez vous en servir pour régler la facture du professionnel.

Bref, il existe de nombreuses aides financières possible en termes de mise aux normes électriques. Renseignez-vous au préalable afin de faire des économies.