Comment un artisan peut obtenir le label RGE ?

Depuis sa création en 2011, le label RGE est réservé aux artisans spécialisés dans des travaux de rénovation énergétique. Il a été mis en place par l’État français afin de supprimer le carbone, d’ici 2050. Effectuer des travaux de rénovation énergétique permet aux ménages et aux entreprises d’adopter un mode de vie meilleur et écologique. Toutefois, il n’est pas toujours facile de trouver un artisan efficace pour assurer les travaux. C’est pour cela que le label RGE ou Reconnu Garant de l’Environnement a été créé. Il a pour but d’aider les particuliers à trouver un professionnel compétent qui va les accompagner dans l’exécution de leur projet. Pour avoir ce label, certaines conditions doivent être remplies.

Zoom sur le label RGE

Le label RGE est une certification attribuée aux artisans et aux entreprises du bâtiment qui sont spécialisés dans les travaux de rénovation énergétique. L’obtention de ce label permet, d’un côté de valoriser le savoir-faire des artisans, et d’un autre côté, d’être référencé sur le site d’informations destiné aux particuliers. Si la délivrance de ce certificat est réservée uniquement aux métiers liés à la rénovation énergétique, elle est désormais ouverte aux prestations d’ingénierie et de maîtrise d’œuvre. Faire appel à un professionnel détenant ce certificat est également avantageux pour les particuliers. En effet, seuls les travaux effectués par un artisan détenant ce label ouvrent droit à une aide à la rénovation énergétique du logement, notamment les déductions fiscales et les aides financières.

Les pré-requis pour demander le label RGE

Pour avoir droit à un label RGE, il faut tout d’abord, que le professionnel ait souscrit aux assurances obligatoires. Il doit aussi effectuer au moins deux chantiers tous les 4 ans dans le domaine de la rénovation énergétique ou de la maîtrise d’œuvre et d’ingénierie. Avoir un responsable technique et opérationnel est également requis. La personne désignée pour cela doit avoir déjà suivi une formation dans le domaine. Par ailleurs, l’artisan doit être confirmé avec les obligations légales et financières. Dans le cas de sous-traitance, il ne faut faire appel qu’à des sociétés ayant un certificat RGE.

Les étapes à suivre pour avoir le label RGE

Choisir le certificat correspondant

Si vous remplissez déjà les pré-requis pour la demande d’un certificat RGE, vous pouvez commencer les étapes pour son obtention, en commençant par le choix de la qualification qui vous correspond le mieux. Il existe de nombreux types de certificats délivrés par des organismes de qualification :

    • Travaux ayant des rapports aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique : qualification avec mention RGE, Les Pros de la performance énergétique, Eco Artisan RGE ;
    • Rénovation globale ou bouquet de travaux : NF Habitat RGE/NF Habitat HQE RGE ;
    • Pour les équipements valorisants les énergies renouvelables : Qualiforage Nappe/Sonde, QualiSol Combi/Collectif/Cesi, QualiBois Eau/Air, QualiPac CET/Chauffage ;
    • Offre globale de rénovation énergétique : Rénovation Énergétique RGE.

Suivre la formation adéquate

Une fois que la qualification correspondante est déterminée, la prochaine étape consiste à monter un dossier qui permet de suivre une formation selon l’activité effectuée. Cette formation permet d’obtenir le certificat et d’être référencé auprès des particuliers sur l’annuaire FAIRE. Une fois le label gagné, l’artisan sera soumis à des contrôles durant les deux premières années suivant l’obtention de son certificat. Il est ainsi indispensable de réussir l’épreuve durant ce contrôle. Autrement, l’artisan va perdre son certificat. Toutefois, même si l’épreuve est une réussite, le label n’est pas garanti à vie. En effet, il doit être renouvelé tous les 4 ans, et pour l’obtenir, il faut procéder comme la première fois où l’on a effectué la demande.