Comment obtenir une aide financière avec l’installation d’une chaudière à bûches ?

L’utilisation d’une chaudière à bûches dans une propriété contribue à optimiser le confort et le bien-être au sein du foyer. Elle est à la fois écologique et économique compte tenu du bas prix du bois face aux autres combustibles. Toutefois, cette installation n’est pas donnée. En effet, le prix d’une chaudière à bois varie en moyenne de 10 000 à 20 000 €. Par ailleurs, il est possible d’améliorer le confort thermique d’une maison à un coût réduit, en ayant recours à des subventions financières. Mais comment peut-on obtenir ce financement ? Il est convenable avant tout de décrire la chaudière de façon générale. Nous présenterons ensuite les différentes aides financières existantes pour l’installation d’une chaudière ainsi que les conditions indispensables pour en bénéficier.

La chaudière à bûches

Tout d’abord, la chaudière est une installation utilisée au sein d’une maison afin d’y garder une température ambiante. Auparavant, le chauffage se faisait par le biais d’un foyer, mais le concept a évolué depuis cette époque. Une chaudière moderne est représentée par un appareil qui transfère la chaleur via un fluide caloporteur, généralement de l’eau. C’est l’énergie utilisée pour faire monter la température de ce fluide qui donne les différents types de chauffages. On distingue les machines à condensation et celles à combustion.

La chaudière à bois-bûches reste la plus intéressante parmi les chauffages à combustion, en matière de prix. En effet, le coût du bois sur le marché est très faible en comparaison avec l’essence ou le mazout. Et malgré la pollution de l’air que provoque la combustion du bois, ce type de chauffage est encore qualifié comme écologique. De ce fait, il existe différentes offres d’aide financière pour la rénovation énergétique de logement comme l’installation d’une chaudière. On y compte la Prime Rénov, l’aide de l’E.F.F.Y., l’éco-prêt à taux zéro et aussi d’autres financements locaux. Toutefois, il faut remplir certaines conditions pour bénéficier de subventions.

Les subventions et les conditions d’acceptation

Il existe plusieurs offres de subventions courantes. Nous les présenterons successivement en donnant les démarches d’obtention pour chacune d’entre elles.

La prime Rénov

L’agence nationale pour l’habitat ou l’Anah offre une aide financière nommée « MaPrimeRénov’ ». Cette subvention est destinée à tous les propriétaires qui comptent installer une chaudière à bois dans leur logement. La somme proposée varie cependant en fonction des revenus du ménage, en priorisant surtout les plus modestes. L’inscription se fait en ligne, mais l’acceptation du dossier est soumise à certaines conditions. Le demandeur doit être propriétaire occupant et le bâtiment doit être une résidence principale achevée depuis au moins deux ans. De plus, l’artisan qui réalisera les travaux devra être qualifié RGE. Si les critères sont respectés, il suffit d’envoyer le devis et la facture des travaux comme pièces complémentaires au dossier d’inscription. Le paiement de la prime Rénov s’effectue par virement bancaire après la validation de la demande.

La prime E.F.F.Y.

C’est une prime mise en place par l’État afin de financer les particuliers pour toute nouvelle installation de chaudières à bois, grâce aux dispositifs des certificats d’économie d’énergie. La somme proposée peut atteindre jusqu’à 4 400 €, selon le dossier. Il faut avant tout envoyer une demande avec un engagement de réalisation des travaux par un professionnel certifié Reconnu Garant de l’Environnement. Il faut aussi que la propriété soit tenue comme résidence principale, que le demandeur soit propriétaire ou locataire. Il suffit par la suite de compléter un formulaire en ligne et d’y joindre la facture ou le devis des travaux.

La TVA à taux réduit

C’est une offre de l’État qui consiste à réduire la TVA jusqu’à 5,5 % pour les travaux et équipements de rénovation énergétique. L’offre est déjà incluse dans votre facture, si vous engagez un artisan certifié R.G.E. En effet, c’est le professionnel lui-même qui entreprend les démarches de la procédure.

L’éco-prêt à taux zéro

Comme indiqué à travers l’appellation, ce procédé consiste à un prêt proposé par l’État pour les travaux réalisés par un artisan RGE en rénovation énergétique de logement. Le remboursement du prêt s’effectue à un taux d’intérêt de 0 %. La demande doit concerner une propriété construite avant janvier 1990 et servant de résidence principale à l’intéressé. Il faut faire un devis des travaux devant être réalisés en 3 ans et l’adresser ensuite à votre banque, qui estimera la somme que vous pouvez emprunter. Cette somme peut s’élever jusqu’à 30 000 € pour un délai maximum de remboursement de 15 ans.

Enfin, il existe d’autres formes de subventions que vous pouvez demander comme un prêt d’action logement. Il faut se renseigner et suivre les procédures à la lettre.